BIEN SE NOURRIR EN AFRIQUE

BIEN SE NOURRIR EN AFRIQUE

Menu

 

1 Certains aliments favorisent l'obésité

Mots clés: albumine, acide aminé, acide carbonique, clairance,  DFG
_________

Le diabète et l'hypertension artérielle sont parmi les principales causes d'insuffisance rénale chronique et l'obésité (cf Maladies Non Transmissibles) aggrave les risques de contracter ces maladies. Cependant des essais cliniques (51)  ont montré qu'une alimentation trop riche en viande rouge, en graisses saturées, en sel de cuisine est  obésigène et influence directement  le risque d'insuffisance rénale en augmentant les taux d'excrétion urinaire  d 'albumine et en accélérant la décroissance du Débit de Filtration Glomérulaire DFG.

Les albumines, spécifiques à chaque espèce animale, sont fabriquées par le foie; ce sont des transporteurs d'hormones, -notamment thyroïdiennes - , d'acides gras libres, et ce sont des réserves d'acides aminés. Normalement les reins éliminent de l'eau et des déchets toxiques. Ils retiennent les protéines, les graisses et le glucose. La présence de protéines du type albumine dans l'urine traduit le mauvais état de la paroi interne des vaisseaux sanguins. C'est un symptôme d'insuffiance rénale et de diabète.

Le DFG est le volume de liquide filtré par les reins par unité de temps. Le dosage sanguin de la créatinine, molécule provenant de la dégradation des protéines musculaires, permet d'estimer le DFG. La « clairance » pour une substance présente dans un organe est le volume de plasma sanguin totalement débarrassé de la substance, par unité de temps. La quantité  de  créatinine éliminée par le rein est constante et  ne dépend  que de la masse musculaire, à raison d'environ 15 milligrammes par Kg de masse corporelle et par jour. Il y a corrélation entre la clairance et le DFG, exprimé en ml/mn/1,73 m². Le coefficient numérique « 1,73 m² » est en relation avec la surface de peau corporelle, donc de la masse musculaire de l'individu.

Chez l'individu ayant une pression artérielle normale, le DFG est d'environ 90 ml/mn/1,73 m². En dessous de 60 unités, il ya une pathologie. Les maladies rénales entraînent le déclin du DFG. En dessous de 15 unités, c'est l'insuffisance rénale en phase terminale, nécessitant le recours à la dialyse.

L'excès d'acidité du sang, ou « acidose », influence la progression de la maladie rénale. Une alimentation,
   -trop riche en viande, en produits laitiers apporte du phosphate générateur d'acide phosphorique,
   -trop riche en sel de cuisine ClNa favorise la production d'acide chlorhydrique,
   -trop riche en céréales apporte des acides aminés soufrés (méthionine et cystine) générateurs d'acide sulfurique,
   - trop riche en graisses perturbe le métabolisme en favorisant la production d'acide carbonique (cf Lipides 3, Figure 37).

Les  conséquences d'une acidose chronique  peuvent être l'hypertension artérielle, l'insuffisance rénale, l'ostéoprose, la prise de poids.

Inversement les végétaux, légumes, tubercules, et fruits, sont alcalinisants grâce à leurs apports en bicarbonate, en potassium, et en fibres.

Un régime alimentaire comportant un faible apport en viande, en sel, en graisse et un fort apport en fruits et légumes, -régime de type méditerranéen- est un bon moyen de prévention de l'obésité. L'apport en protéines peut être réduit jusqu'à 0,6 gramme de protéines par Kilo de poids et par jour.

Les 9 points clés du régime Méditerranéen sont :
  •  Forte consommation d’huile d’olive exclusive
  • Forte consommation de légumes
  • Forte consommation de fruits frais et secs
  • Forte consommation de légumineuses (lentilles, haricots)
  • Forte consommation de céréales (complètes) : pâtes, polenta, semoule, boulgour, riz et pain
  • Consommation modérée à élevée de poisson
  • Consommation faible de viande (ovine, caprine)
  • Consommation modérée de laitages (fromage, yaourt)
  • Consommation modérée d’alcool (vin)


L'obésité est devenue une pandémie responsable de plus de 7 % des décès mondiaux (52). Même si cette maladie affecte surtout les populations des pays industrialisés et urbanisés, elle sévit dans tous les continents, dans toutes les classes d'àge, y compris des enfants de moins de cinq ans.

2 Molécules indésirables

Mots-clés: hydrocarbure polycyclique HAP, amine hétérocyclique HA, radical libre ROS, antioxydant, glucosinolate, caroténoïde, flavonoïde.

Les maladies cardiovasculaires ne sont pas, le plus souvent, le fruit du hasard. Nos modes de vie ont un rôle important dans leur survenue mais aussi leur prévention. Les dangers à éviter sont le tabac, la sédentarité, l'excès de poids, et toutes sortes de stress…Ces risques sont aggravés par une consommation excessive de composants néfastes présents dans l'air et les eaux polluées, contaminant la chaîne alimentaire. Ces composants, essentiellement des graisses saturées, des Hydrocarbures Aromatiques Polycycliques (HAP) (Figure 67, ci-dessous), des amines hétérocycliques (HA), radicaux libres (Figure 68, ci-dessous), sel, sucres, adjuvants…, contribuent à l’inflammation des tissus et au développement de cellules cancéreuses.

Figure 67-Molécules arômatiques polycycliques HAP
Figure 67-Molécules arômatiques polycycliques HAP

Figure 67

a) Molécule de Pyrène comportant 4 noyaux benzéniques. Les sommets des hexagones sont occupés chacun par un atome de carbone. Les valences libres sont représentées par des traits noirs.
b) Une molécule de benzène vient se condenser sur le pyrène, aprés élimination des valences libres, pour former le benzopyrène, un HAP hautement cancérogène.
c) Deux molécules de benzène condensées avec un cycle imidazol (5 atomes de carbone) substitué.

Les Molécules Arômatiques Polycycliques (PAH) présentent des configurations très diversifiées non seulement dans leur composition chimique, mais aussi dans leur état naturel. Certains PAH résultent de la combustion incomplète des produits pétroliers, mais aussi de toutes sources organiques comme la fumée de tabac, les viandes et le poisson fumé, les fumées industrielles, les feux de brousse ou de forêts, les éruptions volcaniques. Les PAH peuvent aussi provenir des pollutions et résidus de l'industrie chimique. Quelle que soit leur origine, ces composés sont hautement cancérogènes (59). Ils peuvent provoquer des malformations des embryons, des mutations génétiques. Ils sont majoritairement absorbés par inhalation d'air pollué, ou ingérés avec les aliments.

Les denrées BIO ne sont pas à l'abri de ces pollutions omniprésentes dans l'air ambiant, les eaux de ruissellement et des nappes phréatiques, les sols imprégnés de substances que l'on absorbe à notre insu par voie orale ou dermale. Une large gamme d' aliments sont contaminés, principalement les mollusques et les crustacés, les viandes, les produits laitiers, les eaux de boisson.

Les Amines Hétérocycliques HA sont des résidus de l'industrie chimique, toxiques et à risques de cancers professionnels (industrie des peintures, des colorants), même si elles sont normalement éliminées par les reins, non sans risques de maladies rénales.
Figure 68-Origine des radicaux libres ROS
Figure 68-Origine des radicaux libres ROS

3 Radicaux libres

Appelés aussi ROS (Reactive Oxygen Species), sont des atomes ou des molécules comportant un ou plusieurs électrons non appariés dans leur orbite (cf Chimie générale-2, Figure 27). Ils apparaissent au cours de processus physiologiques (mitochondries), pathologiques (réactions inflammatoires), ou pour des causes liées à l'environnement.

Les radicaux libres sont très instables. Ils ont tendance à réagir avec les molécules voisines en partageant leurs électrons. L'oxygène O2 n'est en soi pas toxique, mais dans tous les processus aérobies, il se forme des petites quantités d'oxygène réduit en OH et O2- (60). Le super oxyde O2.- (indice Point Moins) est présent dans tous les tissus vivant en aérobiose, soit au niveau des mitochondries, soit dans les systèmes enzymatiques, par exemple les cytochromes et autres oxydases. Il se combine avec d'autres radicaux libres oxygénés ou azotés. Quant au radical hydroxyle OH. , il est particulièrement réactif, se combinant avec les lipides, les polypeptides et de nombreuses molécules azotées.
Les effets des radicaux libres, quelle que soit leur nature et leur origine, sont cumulatifs. Ils modifient les séquences d'acides aminés et perturbent les ADN (Figure 68, ci-dessus), affectant ainsi les métabolismes ou provoquant des mutations génétiques.

Cependant ces actions néfastes sur les tissus vivants n'apparaissent  que lorsque les ROS sont en excés dans l'organisme. Normalement présents en petites quantités, ce sont des signaux qui déclenchent des réactions de défense de l'organisme (Figure 69, ci-dessous). Leur durée de vie est courte, mais suffisante pour amorcer les réactions de dégradation des tissus. Dans le même temps les mécanismes de défense de l'organisme entrent en action sous forme de prévention, de réparation, de défense physique et d'intervention des substances antioxydantes (61).
Figure 69-Devenir des radicaux libres ROS
Figure 69-Devenir des radicaux libres ROS

Figure 69

Les composés protecteurs des végétaux sont essentiellement représentés par des fibres qui protègent le système gastro intestinal, cardiovasculaire et immunitaire, et de nombreux micronutriments (glucosinolates, caroténoïdes, flavonoïdes...) qui agissent en synergie pour réduire l’inflammation et l’oxydation.

Une alimentation riche en légumes et fruits réduit l'exposition aux composants néfastes et contribue à la réduction de la mortalité totale et cardio vasculaire, des besoins en médicaments, au maintien d’un poids sain, à une diminution de situations à risque comme l’obésité, l’hyperglycémie, l’HTA et les dyslipidémies, et peut même faire régresser les maladies cardiovasculaires et le diabète.

4 L'espérance de vie corrigée de l'incapacité (EVCI)

Mots-clés:EVCI, DALY

Il s'agit d' un mode d'évaluation du coût des maladies mesurant l'espérance de vie en bonne santé, c'est-à-dire en soustrayant à l'espérance de vie le nombre d'années « perdues » à cause de la maladie, du handicap ou d'une mort précoce. On utilise souvent l'acronyme anglais DALY (pour Disability Adjusted Life Years) comme unité de mesure pour exprimer le résultat de ce calcul tandis que, l'équivalent anglophone de l'EVCI est DALE (Disability Adjusted Life Expectancy).

L'EVCI a été retenue par l'OMS parmi cinq axes et outils d'évaluation des systèmes de santé pour mesurer le « niveau de santé général » d'une population. Le calcul de l'EVCI se base sur la morbidité observée dans une population pondérée par la sévérité des maladies et leur retentissement sur le fonctionnement global des personnes. Les statisticiens s'appuient sur des enquêtes spéciales de santé ainsi que sur diverses bases de données provenant par exemple du recensement, de l’État civil ou encore des handicaps acquis et limitations d'activités.

Les indicateurs sont (69) :

-le nombre d'années de vie que l'on s'attend à vivre en bonne santé,

-l'évaluation des années de vie ajustées en fonction de l'invalidité, AVCI et ses 3 composantes ,

-la mortalité prématurée,

-la prévalence de maladies,

-leur gravité.


Exemple de calcul du DALY (70) : un village de 100 personnes en 2012. L'espérance de vie est de 86 ans.

1-Un enfant de 3 ans décède subitement de la malaria :

Nombre d'années de vie perdues : 86-3=83 années.

2-Un homme adulte contracte une tuberculose à 54 ans. A cause de cette maladie, on estime qu'il a perdu 3 années de vie en bonne santé.

3-Une femme de 26 ans décède subitement par suite d'une hémorragie lors d'un accouchement :

Nombre d'années de vie perdues : 86-26=60 années.

Le DALY (Figure 70, ci-dessous) pour l'année en cours est de 83+3+60= 146 années perdues. Initialement le potentiel de vie en bonne santé des habitants du village était égal à 100*86=8600 années. Fin 2012, il reste dans le village 100-3=97 habitants. Leur potentiel de vie en bonne santé est désormais 0,97*(8600-146)=8200 années.

Ils ont perdu [(8600-8200)/8600*100=4,6 % de leur espérance de vie en bonne santé.

Ainsi l'état de santé des populations et les principales causes d'invalidité changent au fil du temps et ont des répercussions sur la gouvernance, la planification et les activités.

Figure 70-DALY
Figure 70-DALY