BIEN SE NOURRIR EN AFRIQUE

BIEN SE NOURRIR EN AFRIQUE

Menu

L'insécurité alimentaire

1990-2015: comment la faim a reculé dans le monde (chiffres en millions de personnes)
1990-2015: comment la faim a reculé dans le monde (chiffres en millions de personnes)

Le contexte mondial

https://wikiagri.fr/

« Le développement de l'agriculture, principale clef du succès dans la lutte contre la faim. »


Pendant la période concernée, l'effectif de la population mondiale est passé de 5,3 milliards à 7,8 milliards d'habitants.


Le nombre de personnes sous-alimentées a diminué de 19,1 à 10,2 % de l'effectif total grâce aux progrès de l'agriculture basés sur la mécanisation et les apports d'engrais.

Un monde libéré de la faim?

Aprés des décennies de baisse constante, la tendance de la faim dans le monde -mesurée par la prévalence de la sous-alimentation- a repris en 2015 et est restée pratiquement inchangée ces trois dernières années, à un niveau légèrement inférieur à 11 % de la population mondiale. Dans le même temps, le nombre de personnes souffrant de la faim s'est légèrement accru.

Résultat, plus de 800 millions de personnes dans le monde souffrent toujours de la faim, ce qui souligne l'immensité du défit à relever si on veut atteindre l'objectif Faim Zéro d'ici à 2030.

Source: FAO-L'état de la Sécurité alimentaire et de la Nutrition dans le monde; Rome, 2019 page 9.


Résilience de la faim (en pourcentage de la population)
Résilience de la faim (en pourcentage de la population)

L'objectif Faim zéro est un défi énorme

En 2019, la population de l'Afrique de l'Ouest était de 391 millions d'habitants, dont 37,5 (9,6 %) millions étaient sous-alimentés.

L'objectif Faim zéro est un défi énorme, en raison du contexte démographique et économique dans laquelle on se trouve.

Cependant ce n'est  pas une utopie. Il faut se donner les moyens de produire des aliments indispensables à un prix abordable pour tous :
« Ce n'est pas par choix que les protéines d'origine animale font défaut ; pour la majorité des Africains et des Sud-Américains défavorisés, ils sont plus difficiles à se procurer, à produire, à stocker, et surtout, plus chers. »

« L'adjonction d'une poignée d'arachides chaque jour à l'alimentation de tous les Africains pourrait pratiquement éliminer la majorité  des malnutritions »

Source : FAO-La nutrition dans les pays en développement, par M.C. Latham, 2001,page 107. https://www.fao.org/3/w0073f/w0073f00.htm
Pyramide des âges en Afrique de l'Ouest
Pyramide des âges en Afrique de l'Ouest

Des populations jeunes et démunies

On peut diviser la pyramide en 3 tranches d'âges, à partir de la base  :

0 à 19 ans 6,7 % de la population

20 à 64 ans 92,9 % de la population

65 à 89 ans 0,4 % de la population

Alors que l'espérance de vie est en moyenne de 61 ans, la tranche des 20-64 ans représente la partie active qui a un poids économique, devant subvenir aux besoins des jeunes et de la plupart des personnes âgées.

C'est dans la catégorie des 0-19 ans que l'on trouve le plus de personnes démunies, les enfants sous-alimentés, les jeunes non scolarisés.


Mal nourris = Mal nutrition

La situation nutritionnelle critique est définie comme « niveau de consommation inférieur au minimum acceptable (MAD : Minimum Acceptable Diet) » .

Les principaux indicateurs sont le sous-poids et le retard de croissance.

La malnutrition des bébés peut être la conséquence d'un allaitement maternel insuffisant, d'un régime alimentaire post sevrage inapproprié, de mauvauses conditions d'hygiène (eau de boisson polluée, malpropreté, etc...)

Source : ONU 2019-Perspectives de la population dans le monde ;

https://www.un.org/development/

Les plus jeunes sont les plus mal nourris

En Guinée par exemple, 6 % de la population est en situation d'insécurité alimentaire préoccupante. 760 000 personnes -sur une population totale de 12,7 millions d'habitants- ont des difficultés pour se nourrir ; 250 000 sont en état de malnutrtion.

En dehors de Conakry, le pourcentage d'insécurité alimentaire atteint 20 % dans certaines zones du pays.

L'accent est mis sur la malnutrition des enfants de moins de 5 ans.

Dans la tranche d'âge qui va de 6 à 23 mois, 10 % des bébés sont en situation nutritionnelle critique.

Source : statistiques du réseau FSIN (Food Security Information Network, organisme émanant de la FAO et du Programme Alimentaire Mondial).


Composantes de l'alimentation
Composantes de l'alimentation

Un ensemble de facteurs

L’alimentation et l’agriculture, les moyens d’existence des populations et la gestion des ressources naturelles forment un tout. On ne doit pas les aborder séparément, au risque de déséquilibrer leurs composantes.

On propose un jeu qui consiste à établir des liens entre les causes d'insécurité alimentaire et les composantes générales de l'alimentation, par exemple :

le covid 19,

les inondations,

l'afflux de réfugiés,

l'état de santé des populations,

les sauterelles, les parasites agricoles, les maladies des plantes,

les tensions politiques en périodes électorales.


Source : Composantes de l'alimentation; Projet Alimentaire Pays de la Loire, 2019.


FAO-Rapport annuel sur la Sécurité alimentaire dans le monde, 2020
FAO-Rapport annuel sur la Sécurité alimentaire dans le monde, 2020

Rétablir la Sécurité alimentaire : recommandations de la FAO

  • Renforcer la résilience face aux changements climatiques.

Les changements climatiques ont pour conséquences la diminution de la qualité des nutriments et de la diversité des aliments produits et consommés.

Source: FAO-Rapport 2018, page 14.

  • Se prémunir contre les ralentissements économiques.

L'effrondement des prix des produits de base conduit à des périodes de ralentissement de la croissance et au fléchissement économique dans les pays tributaires de l'import/export des denrées alimentaires.

Source: FAO-Rapport 2019, page 22.

  • Transformer les systèmes alimentaires pour une alimentation saine et durable.

Le coût d'une alimentation saine et abordable est largement supérieur à celui d'une alimentation pauvre en aliments ayant une bonne valeur nutrtitionnelle.

(FAO-Rapport 2020, page25)


Les étapes de la Sécurité alimentaire
Les étapes de la Sécurité alimentaire

RENFORCER

« La nutrition est très sensible aux changements climatiques et leur paie un lourd tribu :

Diminution de la qualité des nutriments et de la diversité des aliments produits et consommés ;

Effets sur l'eau et l'assainissement ;

Risques sanitaires et de maladies ;

Répercussions sur les soins aux mères et aux enfants, et sur l'allaitement au sein. »

Source : FAO-Rapport sur l'Insécurité Alimentaire 2018, page 14.

Commentaire

La biodiversité ne concerne pas seulement l'avenir de la faune et de la flore naturelles. Elle renvoie à des enjeux clés qui seront déterminants pour l'avenir de l'humanité.

Exemple : le dérèglement climatique.

Pour s'en protéger -RENFORCER-, il faut régénérer les sols, reboiser, cultiver des variétés résistantes à la sécheresse.

Ainsi les populations, les mères, les enfants, disposeront d'une nourriture saine en quantités suffisantes. Les bébés seront mieux nourris.

Se Prémunir

« Des baisses marquées des prix des produits de base ont conduit à des périodes de ralentissement de la croissance et de fléchissement économique, principalement dans les pays fortement tributaires des exportations et/ou des importations des produits de base.

Dans ces pays, on observe une recrudescence de la sous-alimentation. »

Source : FAO-Rapport sur l'Insécurité Alimentaire 2019, page 22.


Commentaire

Selon le FMI (*), les principaux facteurs de vulnérabilité d'un pays sont :

  • une forte dépendance aux exportations de minerais, d'or et de diamant ;
  • une forte dépendance aux importations de produits pétroliers ;

la faiblesse de l'agriculture ;

  • le peu d'activités industrielles qui se heurtent au manque d'électicité et à l'insuffisance du réseau routier et de voies ferrées ;
  • l'importance de l'économie informelle qui prive l'État de rentrées d'argent.
  • La conjonction de tous ces facteurs a une influence directe sur le prix des produits alimentaires.

Un indicateur est le prix du sac de 50 Kg de riz chez les revendeurs.

(*) Fond Monétaire International

Source :https://tresor.economie.gouv.fr/Pays/GN/


Transformer

«  Le coût d'une alimentation saine est 60 % plus élevé que celui d'une alimentation suffisante en nutriments. »

« Le coût d'un régime alimentaire sain se situe bien au-dessus du seuil de pauvreté international, à savoir 1,90 USD par jour. La part de ce seuil qui peut être réservée à l'alimentation est d'environ 1,20 USD par jour. »

Source : FAO-Rapport sur l'Insécurité Alimentaire 2020, page 25.

Exemple

La production de riz en Guinée a été pendant longtemps inférieure à 1 million de tonnes par an. Elle dépasse actuellement 1,6 m.t/an. Cette progression est le résultat de recherches agronomiques, et de la volonté des paysans d'améliorer leurs méthodes de travail. Le rendement rizicole, qui est en moyenne de 1250 Kg à l'hectare dans l'ensemble du territoire, atteint 2500 à 3500 Kg/ha dans les zones de mangrove.

Un tel niveau de production rend le riz guinéen compétitif par rapport au riz asiatique. L'objectif du Gouvernement est d'assurer l'autosuffisance alimentaire du pays, dans un contexte de forte croissance démographique, et de forte consommation : 183 kg par habitant par an, un record mondial. Il faut promouvoir une alimentation plus équilibrée.

Source : Alternatives Économiques, n° 361 bis, octobre 2016.

Interventions en milieu scolaire

« Ces dernières décennies, de nombreuses études ont montré que les interventions en milieu scolaire sont déterminantes pour la santé des enfants : elles permettent d'améliorer les habitudes alimentaires, la priorité étant d'augmenter la consommation de légumes. »

L'objectif commun est l'amélioration de l'état de santé des jeunes générations. Dans les pays du Nord elles veulent endiguer la pandémie de l'obésité. Au Sud, on veut réduire la prévalence de la sous-alimentation.


« Les résultats de ces études pourront être utiles pour renforcer les efforts déployés dans les écoles pour promouvoir des habitudes alimentaires saines. Ils plaident en faveur des interventions axées sur l'activité physique et l’alimentation et qui intègrent des techniques de changement de comportement afin d'améliorer la mise en œuvre des politiques nutritionnelles.


Le rôle de l'environnement familial a également été souligné pour promouvoir un comportement alimentaire sain chez les enfants, notamment en ce qui concerne la consommation de fruits et légumes. »

Source : Aprifel. Interventions en milieu scolaire : efficacité, succès et défis ; équationnutrition, N° 219, août 2021.

https://www.Aprifel.com

Outil pédagogique: le Cahier de Nutrition
Outil pédagogique: le Cahier de Nutrition

Cahier de Nutrition et travail en groupes

On fera le parallèle entre l'outil pédagogique « Cahier de Nutrition » et les images auxquelles les enfants manifestent un grand intérêt.

D'un côté l'acquisition de connaissances, de l'autre côté l'animation qui prend un caractère ludique par sa nouveauté.

Cette pédagogie ouverte a été innovée dans les écoles et collèges de KINDIA. Cependant il y a une différence fondamentale entre le travail en groupes dans une classe et le travail en équipes qui demande un engagement des élèves et des animateurs dans la durée. On est dans une démarche périscolaire.


Pédagogie: travail en groupe
Pédagogie: travail en groupe